Logiciels libres gratuitsEn juillet 2014, j’ai eu le plaisir de faire une présentation ayant pour thème les logiciels libres au sein de la Mêlée Adour.

 

Je suis une fervente utilisatrice de ces outils mais je ne suis pas exclusive non plus. Je connais les bons et les mauvais côtés et  je m’adapte en fonction de mes besoins.

 

Aujourd’hui la renommée de ces outils a pris de l’ampleur.  Ce n’est pas pour autant que ce que l’on entend derrière l’expression “Logiciel Libre” est juste. C’est pourquoi, au travers de ces interventions et de cet article, je souhaite faire une pause sur ce sujet afin de casser quelques idées reçues et de montrer combien ces outils ont à apporter aux professionnels comme aux particuliers.

 

Diapo 1 : Introduction

Lors de cette intervention, seront évoqués les sujets suivants :

  • définition, notamment juridiques,
  • comparatif plus concret entre logiciels propriétaires et libres,
  • conclusion en mettant en avant les avantages / limites constatés au cours du comparatif.

Diapo 2 : Qu'est ce qu'un logiciel libre?

 Les 4 libertés fondamentales.

 

Dans l’esprit collectif, les logiciels libres se résument par : « C’est gratuit ». C’est un peu plus complexe que ça.

 

En effet, un logiciel libre est avant tout un logiciel qui assure ces 4 libertés :

  • la liberté d’utiliser le logiciel,
  • la liberté de copier le logiciel,
  • la liberté d’étudier le logiciel,
  • la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées.

En effet, vous pouvez trouver des logiciels libres (c’est-à-dire que vous pouvez utiliser, copier, étudier, modifier et redistribuer) indirectement payants. Ce qui peut être payant, c’est l’assistance, ou la formation. Donc “Logiciel libre” n’est pas forcément synonyme de gratuité.

 

Un logiciel gratuit, un freeware ou gratuiciel, c’est un logiciel que l’on ne paît pas (en général des versions d’essais bridées) mais que l’on ne peut pas copier, ou étudier ou modifier etc. Vous avez compris le truc ?

 

Il y a d’autres types de logiciels. Les logiciels propriétaires payants, vous les connaissez tous : la suite Adobe, la suite Microsoft Office, bref tous les logiciels payants que vous ne pouvez pas copier, modifier, etc.

 

Une question de licence.

La licence utilisée par la plupart des logiciels libres est  la licence GPL. Tous les logiciels qui seront créés à partir d’un programme utilisant cette licence seront sous licence GPL. 

 

Cela peut être perçu comme très contraignant, notamment pour les éditeurs de logiciels.

 

Les logiciels libres, une philosophie.

 

Il faut dire que le logiciel libre a une histoire, une philosophie contestataire.

 

 

Lorsque les premiers logiciels propriétaires ont fait leur apparition, certains développeurs – habitués à s’échanger des codes en toute liberté – ont réagi à ces nouvelles restrictions systématisées.

 

C’est un personnage haut en couleur, Richard Stallman, qui va promouvoir l’idée d’interdire d’interdire. C’est là qu’est né le projet GNU, un système d’exploitation libre, et la notion de copyleft présente dans la licence GPL. C’est cette liberté virale qui fait la particularité des logiciels libres.

 

Comme dans tout mouvement, il y a des hérétiques (vous dirait Richard Stallman) et c’est la dernière définition que je vais vous fournir : les logiciels Open Source.

 

Je vous disais précédemment que les entreprises, notamment les éditeurs de logiciels ne voyaient pas d’un très bon œil la viralité du copyleft. En effet, certains souhaitent conserver leurs secrets de fabrication ou les monnayer.

 

C’est pour cela qu’un autre type de licence a été créé : la licence SBD où il est possible de commercialiser une nouvelle version d’un logiciel Open Source. Donc le développeur prend un code open source, qu’il peut consulter, modifier etc. Par contre, le résultat de son travail, grâce à cette licence non virale, pourra être vendu et son code source demeurer à l’abri des regards indiscrets.

Un exemple, vous connaissez tous le navigateur « Google Chrome »? Il est élaboré à partir d’un projet Open Source qui se comme Chromium. C’est un navigateur quasiment identique. Mais attention, Chrome, lui n’est pas open source, c’est bien un logiciel fermé, un logiciel propriétaire. Il a quelques fonctionnalités supplémentaires qui sont bien protégées.

Diapo 3 : tableau récapitulatif

Retour sur les différentes notions évoquées dans la précédente diapositive.

Diapo 4 : Introduction à la partie comparative logiciels libres / logiciels propriétaires

Voici pour la partie très théorique. Il existe donc  plusieurs types de logiciels avec différentes licences qui impliquent différentes caractéristique.

 

Maintenant, concrètement, de quels logiciels suis-je en train de parler?

 

Vous pouvez trouver des logiciels libres pour tout et n’importe quoi. Il en existe plus de 10000. Par exemple, pour donner dans l’insolite, vous serez ravis de savoir qu’il existe un logiciel libre qui se nomme « Open Cimetière » qui permet de gérer les caveaux – c’est très sérieux – et qui a été créé par l’Adullact, association des développeurs et utilisateurs de logiciels libres pour l’administration et les collectivités territoriales.

 

Nous allons toutefois rester dans le domaine de la bureautique.

Diapo 5 : Writer (Libre Office) / Microsoft Word

Microsoft Office est une suite bureautique propriétaire qui est quasiment incontournable, et pour cause, la version d’essai est installée sur tous les ordinateurs équipés de Windows.

 

Si on compare les deux interfaces, on trouve beaucoup de similarités. Toutefois Microsoft Word a développé ces dernières années des fonctionnalités plus graphiques (ajouter facilement des ombres, placer des images et des blocs de texte ou l’on veut, mise en forme par défaut plus moderne).

 

Cependant pour un travail de traitement de texte, Libre Office est non seulement suffisant mais performant. Par exemple pour le mailing.

Diapo 6 : Calc (Libre Office) / Microsoft Excel

Mes remarques sont identiques pour ces diapositives. Dans ces logiciels libres, les fonctionnalités essentielles sont là. En termes d’ergonomie, on s’y retrouve, les interfaces sont très proches. La grande différence réside surtout dans les fonctionnalités esthétiques.

Diapo 8 : Mozilla Thunderbird

Un indispensable! Un outil permettant de gérer plusieurs boites mail de façon intuitive et très efficace.

Diapo 9 : Mozilla FireFox

C’est une des meilleures alternatives à Internet Explorer. C’est d’ailleurs grâce à des navigateurs de cet acabit que ce dinosaure de la navigation web s’est réveillé et a commencé à respecter les standards du web.

Mozilla est une fondation fondée en 1998 et qui a pour objectif de produire une suite de logiciels libres. C’est une association sans but lucratif. Depuis 2005 elle est couplée avec Mozilla Corporation qui est une entreprise qui a pour finalité la diffusion de FireFox et des autres outils de Mozilla dans le monde.

Diapo 10 : FileZilla

Et je continue avec Mozilla. Il s’agit d’un logiciel client FTP. Les personnes qui ont un site Web dans la salle connaissent cet outil. Personnellement je n’ai jamais utilisé un autre outil car celui-ci est extrêmement performant, donc je ne ferai pas de comparatif. Cela permet de se connecter à l’ordinateur (serveur) où sont stockés les fichiers d’un site, de les modifier, supprimer, ou d’en ajouter.

Diapo 11 : Bloc-Note / Note pad ++

Créer un programme ou un site web, c’est principalement taper des lignes de code dans un bloc note tout bête.

C’est toutefois Note pad ++  qui a apporté un vraie révolution pour cet outil simplissime en colorant les lignes. Je ne rentrerai pas plus dans le détail, les aficionados le comprendront.

L’un des reproches que l’on fait souvent aux logiciels libres, c’est d’être créé uniquement par des développeurs. Cela peut entraîner par exemple un manque en termes d’ergonomie. C’est ici une grande qualité : on a un outil très léger et super efficace avec des plugins indispensables.

Diapo 12 : les logiciels WYSIWYG Kompozer / Dreamweaver

Pour en terminer avec le monde des développeurs, je vais simplement vous parler des logiciels WYSIWG. Le plus connu est celui de la suite Adobe : Dreamweaver. Il est très complexe avec des fonctionnalités très poussées.

Normalement, un développeur qui a besoin de ces fonctionnalités, les créera lui-même. Pour les autres, pour les fonctionnalités de base autant utiliser Kompozer.

 

Nous allons maintenant rentrer dans l’univers du graphiste. Je vais principalement voir les équivalences de la suite Adobe.

Diapo 13 : The Gimp / Photoshop

Vous pouvez voir que les interfaces sont différentes. Photoshop est une référence dans le domaine du graphisme, de la retouche photo etc.

 

The Gimp est un sérieux concurrent mais, à mon sens, il n’est pas suffisamment puissant pour les professionnels.  Par contre, pour une utilisation moyenne, de la communication interne, de la retouche photo sans finalité d’impression professionnelle, ce logiciel est tout à fait satisfaisant.

 

Par contre, The Gimp illustre un autre inconvénient des logiciels libres. Ce n’est pas un problème lié à l’outil mais à l’habitude. Les étudiants sont rarement formés sur des logiciels libres, ils arrivent sur le marché du travail en sachant manipuler des logiciels propriétaires. Vous pouvez le voir avec The Gimp, l’interface est vraiment différente. On peut également évoquer les raccourcis clavier. Il est généralement nécessaire de prévoir un temps d’adaptation et de formation pour changer ses habitudes et apprivoiser une nouvelle interface.

Diapo 15 : Inkscape / Illustrator

Ces outils permettent de gérer les dessins vectoriels. Contrairement aux dessins matriciels, un dessin vectoriel peut être agrandi à l’infini sans être déformé, sans être pixelisé.

 

Même remarque que pour la diapositive précédente :  les logiciels de la suite Adobe sont plus puissants et aboutis mais Inkscape fait bien son travail et répond à la plupart des besoins pour une utilisation semi-pro.

Diapo 16 : Scribus / In Design

In Design a également les fonctionnalités les plus poussées. MAIS Scribus n’est pas en reste. Si vous êtes curieux, vous pouvez aller sur Youtube et taper « PDF Modifiable » ou vous rendre sur notre blog. J’ai réalisé un tutoriel pour expliquer comment créer un pdf avec des cases à cocher, des zones de formulaire etc.

 

Sympa les possibilités, n’est-ce-pas?

Diapo 18 : Les logiciels de son, VLC, Audacity

VLC est un logiciel très performant, léger et qui répond aux besoin que l’on a en termes de lecture multimédia.

 

Audacity est un outil de montage audio qui n’est pas à la hauteur d’un mastodonte tel que Cubase mais, par sa simplicité, il sait se rendre indispensable.

 

Je l’ai utilisé notamment pour enregistrer et monter des balades audio-guidées. La radio locale de Lannemezan, Radio Festival, l’utiliser également. Pour une association, c’est la solution idéale.

Diapo 19 : On fait le point

Les performances des logiciels libres

 

Avec les dernières diapositives, je ne cesse de dire, ouais, bon, ils sont bien ces logiciels, mais bon, les logiciels propriétaires, ils sont mieux quand même.

 

Qui a besoin d’utiliser les fonctionnalités les plus complexes des logiciels installés sur son ordinateur? Les spécialistes!

 

Pour créer une bannière web simple, faire sa comptabilité, mettre en page ses documents, on est loin d’exploiter 100% du potentiel de ces logiciels. C’est pourquoi les outils libres sont une alternative vraiment intéressante. Donnez une Ferrari à mon voisin agriculteur en montagne, il va regretter sa 205.

 

Le bonus : les logiciels libres sont portables!

 

Une des libertés fondamentale des logiciels libres réside dans le fait qu’il est possible de les partager de les diffuser. Il en résulte un superbe avantage : la portabilité. Vous pouvez mettre tous ces outils sur une clé USB. Pour moi c’est l’un des avantages majeurs et on n’en parle pas assez.

 

Peu importe l’endroit où l’on est. Peu importe sur quel ordinateur on se trouve. Pas de problème d’autorisation, de droit, d’interface que l’on ne connait pas. Idéal pour les entrepreneurs nomades.

Si vous avez des questions ou des remarques concernant le contenu de cette présentation, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire.